Projets scientifiques

Orientations des travaux de l’équipe

Dans un contexte de réformes, les politiques éducatives (nationales et internationales) concourent à diversifier et complexifier les prescriptions, les normes et les cadres du travail enseignant. Elles modifient les milieux de travail dans les établissements scolaires et contribuent à la transformation de l’activité laborieuse des divers professionnels de l’éducation, souvent à l’origine du malaise au travail.

Le projet de l’équipe ERGAPE visera à organiser son programme de recherche autour de trois objets : a) la prescription et son évolution ; b) les nouvelles organisations du travail (que ce soit dans les établissements ou la formation des enseignants) et c) l’étude des activités professionnelles en cours de (re)construction des personnels expérimentés comme des débutants.

Dans cette perspective l’avancée méthodologique réalisée dans le précédent contrat sera poursuivie. Elle visera, d’un côté, à développer l’analyse systématique des textes prescripteurs, ce qui n’est pas commun en sciences de l’éducation, et de rendre compte des modes utilisés selon une perspective historico-culturelle. D’un autre côté, il s’agira de conjuguer deux types de méthodes indirectes. Celles utilisées en SHS par des disciplines comme la sociologie ou l’histoire qui consistent à construire des cas et à assurer une comparaison valide ; ce qui semble indispensable lorsqu’on s’intéresse à l’évolution des formes d’organisation du travail ; et celles davantage tournées vers une clinique de l’activité qui permet de saisir ce que les ergonomes appellent l’ « expérience subjective du travail ».

Programme 1 : Travail des professionnels de l’éducation dans les établissements scolaires

Dimensions organisationnelles et développement de l’activité professionnelle : Les « Réseaux Ambition Réussite » (RAR) qui altèrent profondément la « forme scolaire » posent la question à la fois de l’organisation du travail des divers protagonistes (inspecteurs, chefs d’établissements, professeurs des écoles, de collèges…) et des conditions de réactivité des métiers confrontés à une prescription qui les poussent dans leurs retranchements. C’est dans les dimensions collectives et organisationnelles mobilisées dans la création des ressources pédagogiques et règles de métier que sera étudié le développement de l’activité professionnelle. Ce programme de recherche permettra de revisiter les connaissances, notamment sociologiques, produites sur le travail de ces divers professionnels qui est étudié de façon indépendante et dans d’autres conditions et cadres organisationnels.

Développement de l’activité enseignante et nouveaux dispositifs : ce programme examinera de plus près comment la catégorie « élèves en difficulté » joue sur la fonction organisatrice du travail enseignant. Ce projet visera aussi à mettre en rapport les prescriptions « descendantes » et les prescriptions « remontantes », qui proviennent de la nature du travail et des sources de prescriptions en retour (les élèves aidés, les divers intervenants). En cela les nombreux dispositifs d’aide auxquels participe un même professeur constituent un terrain privilégié d’étude des transformations du travail enseignant aussi bien dans sa dimension objective (l’organisation des conditions de l’étude) que dans sa dimension subjective (les effets de ce travail sur l’enseignant lui-même). La mobilisation d’une double approche ergonomique et didactique permettra d’interroger les rapports entre action didactique et activité professorale, notamment dans les « nouveaux dispositifs ». Pour ce faire, une attention particulière sera portée non seulement à l’organisation des conditions de l’étude, mais aussi aux dimensions collectives impliquées par l’activité d’organisation de leur milieu de travail par les enseignants, aux dimensions subjectives mobilisées par l’activité d’organisation du milieu de travail des élèves ainsi qu’aux modes d’investissement dans cette double activité et aux compromis qu’elle requiert.

Programme 2 : Métiers de l’enseignement et formation professionnelle

Le contexte de réforme de la formation des maîtres et de la mastérisation, avec le principe de formation « tout au long de la vie » remet en cause le système actuel de formation qui connaîtra des parcours inédits jusqu’alors. Le prochain quadriennal sera l’occasion de mettre à l’épreuve de ces changements des résultats de recherche antérieurs et d’ouvrir de nouveaux champs empiriques Ce programme de recherche se poursuivra selon trois axes complémentaires :

a) Analyse du travail des professeurs débutants : cette approche ouvre sur l’étude des dispositions à agir des enseignants débutants du point de vue développemental qui permet de mettre l’accent sur les ressorts de l’activité à l’œuvre dans les processus de transformation de ces dispositions, davantage que sur la seule caractérisation de ces dernières, comme le font d’autres travaux. Il s’agira de mettre à l’épreuve la portée développementale de l’hypothèse d’un « genre débutant », en montrant que ce dernier ne concerne justement pas que les débutants, mais également les professeurs expérimentés dès lors qu’ils sont confrontés à des transformations de leur travail, qu’elles proviennent de prescriptions « descendantes » (celles qui relèvent de l’organisation de ce travail) ou « remontantes » (celles qui viennent de l’objet même de leur travail). Ici aussi, une double approche ergonomique et didactique sera mobilisée.

b) Le conseil en formation : la réforme de la formation des enseignants transforme le principe d’alternance en vigueur jusqu’à présent, en particulier en matière de stage. Nos résultats antérieurs ont montré l’importance de la co-construction par le conseiller et le stagiaire du milieu de formation considéré comme une situation de travail. Loin d’une réalité sociale partagée allant de soi, l’historicité y apparaît comme le produit de l’activité des acteurs. Ce qui nous intéressera particulièrement c’est l’évolution historique des gestes et des savoirs professionnels engendrée par la prescription et les moyens que se donneront les acteurs pour se les approprier (les transformer) à travers diverses formes d’alternance (simultanées – alternées - successives - juxtaposées ?).

c) La formation à de nouveaux « enseignements » : les changements curriculaires relatifs à « l’histoire des arts » au collège déstabilisent à la fois expertises disciplinaires et savoir-faire de métier. Comment les formateurs comme les enseignants s’emparent-ils de ces nouvelles prescriptions qui opèrent des déplacements dans l’histoire disciplinaire et la culture professionnelle ? Nous analyserons les pratiques effectives de classes du point de vue de l’instrumentalisation de l’activité, de son efficacité et des effets en retour de l’activité : surcompensation, surcharge de travail, stratégies de repli ou de satisfaction professionnelle.

Un observatoire des métiers de l’Éducation Prioritaire

La plupart des recherches envisagées s’inscriront dans cet observatoire, fidèles, en cela, aux méthodes ergonomiques d’intervention dont la visée, à la fois épistémique et transformative, s’inscrivent dans la constitution d’un « cadre opérant ». Il s’agit d’abord de produire des connaissances sur le travail réel des professionnels de l’éducation exerçant dans divers milieux de travail, à la demande et avec le concours des professionnels, qui s’efforcent de donner, conserver ou reconstruire un sens à l’activité qu’ils déploient pour satisfaire à ces nouvelles prescriptions.

L’observatoire est considéré comme un « laboratoire vivant » d’études  des activités professionnelles en construction. Dans la perspective historico-culturelle qui est la nôtre, il s’agira de repérer dans cette construction les traces historiques constitutives de l’activité étudiée comme les traces émergeantes de sa (re)structuration actuelle. L’enjeu scientifique -et la difficulté- consisteront à pouvoir distinguer des évènements potentiellement structurants de ces activités des contingences liées à la diversité des situations. C’est en cela que l’analyse de l’activité conduite depuis des années selon les méthodes indirectes montrera tout son intérêt en permettant de rendre compte des contradictions, des arbitrages, des dilemmes auxquels les professionnels sont confrontés et qui peuvent se renouveler comme s’institutionnaliser dans la conception et l’organisation de ces nouvelles situations de travail. Cet observatoire sera le lieu de diagnostic des difficultés rencontrées et des contradictions surmontées ou non par les équipes pédagogiques et les comités exécutifs des Réseaux Ambition Réussite.

Il s’agira ensuite, à travers la nécessaire coopération chercheurs-praticiens et la confrontation professionnelle constante, d’évaluer l’impact de cette recherche-intervention sur la transformation des situations de travail et le développement professionnel des protagonistes.  Ce qui est un moyen quasi inédit de mettre à l’épreuve les modalités de valorisation de la recherche et de son efficacité sociale, alors que l’on connaît le peu d’influence des connaissances scientifiques sur les politiques éducatives et sur les pratiques pédagogiques des professeurs ou des cadres pédagogiques, au motif qu’ils ne se reconnaissent pas forcément dans les résultats de la recherche. La voie proposée ici présente une alternative à cette critique récurrente d’une part, parce que ces résultats viennent en réponse à une demande formulée par les intéressés qui sont partie prenante de la recherche et, d’autre part, leur appropriation se traduit concrètement dans des transformations de dispositifs ou projets pédagogiques collectivement validés y compris par la hiérarchie. Nous sommes ici au cœur de la collision prescription descendante /prescription remontante et de l’activité de renormalisation développée par les collectifs de travail. A charge d’analyse, il semble bien que cette « proximité locale» réduise l’écart entre la demande sociale et son traitement scientifique ainsi que l’écart temporel entre les « résultats » et leur mise en « application ».

Contribution de l’équipe au développement des thématiques de l’équipe d’accueil

Processus de transmission-appropriation de connaissances

L’analyse du travail  a toujours considéré l’analyse de l’activité comme un préalable à la formation professionnelle, que ce soit pour identifier des difficultés, des besoins ou encore définir des contenus de formation. C’est dans cette perspective que l’équipe ERGAPE contribuera au développement du « processus de transmission-appropriation » de savoirs professionnels, que ce soit en situation professionnelle (entre professeurs expérimentés, tuteur-novice) ou en situation de formation en centre (analyse de pratiques, simulation…). Il s’agira de rendre compte de la manière dont l’ergonomie de l’activité interroge le rapport entre des savoirs formalisés en SHS censés outiller la réflexion sur les pratiques professionnelles, et des « savoirs indigènes » ou professionnels.  Dans le contexte de la formation des enseignants, les étudiants sont tout autant étrangers à ces champs de savoirs qui bornent leur futur métier. La compréhension des articulations complexes entre ces deux ordres de savoir, articulations que la formation des maîtres a du mal à réaliser, constitue un enjeu important pour les sciences de l’éducation. De ce point de vue, la question  de la prise en compte des connaissances produites par l’analyse de l’activité  dans la conception  des formations est centrale.

Professionnalité et professionnalisation des métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation

Nos travaux rendent compte du développement de l’expérience professionnelle suscité par un cadre méthodologique spécifique d’analyse de l’activité dans différents milieux d’exercice, individuels et collectifs, et des processus de renormalisation que les professionnels de l’éducation opèrent sur ces "milieux".

La question essentielle sera de savoir dans quelle mesure les transformations engendrées par la prescription au professionnalisme qui se heurte aux conceptions professionnelles que les enseignants ont de leur activité, affectent les cadres conceptuels de profession et de métiers et de se demander ce que recouvre le terme de « nouvelles professionnalités » ou de « professionnalités en émergence », dans un contexte de précarisation de l’emploi ?

Institutions scolaires et/ou de formation

En quoi les changements dans la gestion et l’organisation du travail des personnels dans les établissements scolaires affectent la forme scolaire ? En quoi les transformations des milieux de travail des professeurs et des élèves redéfinissent les contours du métier de professeur et de « métier d’élève » ?

Objectifs de l’équipe

Le principal objectif d’ERGAPE sera d’inscrire ses travaux dans un contexte international. A cette fin, seront renforcées les relations actuelles avec les laboratoires étrangers, notamment par échanges ou séjours des enseignants chercheurs et des étudiants. Une cotutelle de thèse est en cours (Célia Ducros avec F. Yvon du CRIFPE de l’UDM). D’autres coopérations devront être confirmées (notamment avec l’UCL) et étendues dans une perspective interdisciplinaire propre à l’analyse du travail (psychologie du travail, ergonomie, sociologie du travail). Tout comme un effort de publication en langue anglaise sera nécessaire pour faire connaître nos travaux à l’extérieur du monde de l’éducation francophone. La participation et les responsabilités dans des réseaux internationaux, actuellement limitées par la taille de l’équipe, seront fonction des recrutements à venir. Un tuilage pour assurer la relève est mis en place, par l’entremise de co-direction de thèses, une HDR a été soutenue récemment et une autre devrait l’être en 2011.

Activités scientifiques

Politique de publication

Publications scientifiques

La politique de publication s’oriente dans trois directions. Les  travaux de l’équipe sont arrivés à maturation pour envisager la publication d’ouvrages qui présentent, d’une part, une synthèse des résultats produits par l’analyse de l’activité des professionnels de l’éducation, et d’autre part, les présupposés théoriques et méthodologiques des démarches de recherche fondamentale de terrain.  Une deuxième direction visera la publication d’articles dans des revues de haut de niveau et en langue anglaise. Une troisième direction s’attachera à diffuser sous une forme appropriable par les professionnels les résultats des recherches qui les concernent.

Politique de valorisation et de diffusion des résultats de la recherche

La diffusion des résultats des travaux de l’équipe auprès du milieu professionnel occupe une place importante dans l’activité de l’équipe. Nos travaux sont, d’une manière générale, bien reçus, quelles que soient les catégories de personnels concernés (cadres pédagogique et direction d’établissements, conseillers, enseignants…) ou le niveau d’enseignement. Mais l’équipe souhaite développer une réflexion particulière sur les conditions de la diffusion des résultats de manière à réduire l’écart entre ces derniers et le besoins professionnels et sociaux (voir observatoire, ci-dessus).

Les recherches conduites sur des terrains « sensibles » avec le concours actif des enseignants intéressés, ont permis d’établir, d’un côté, comment et à quelles conditions l’étude de l’expertise d’enseignants chevronnés pouvait faire l’objet d’une mise en patrimoine au bénéfice du milieu concerné ; d’un autre côté, comment la situation de conseil pédagogique permettait, en tant que milieu révélateur des outils et usages de métier, de mettre en débat, dans le cadre d’auto-confrontations, des tensions et dilemmes non tranchés par la profession. Partant, un projet de formation continue des professeurs de français au Brésil a été retenu par le comité scientifique de l’AUF (l’Agence Universitaire de la Francophonie). Conçu sous la forme d’une véritable action de transfert de savoirs scientifiques, méthodologiques et techniques au profit de chercheurs confrontés à une demande sociale aiguë. Cette coopération doit permettre, en retour, de mettre à l’épreuve les acquis de plusieurs années d’activité scientifique. Cette opération devrait démarrer en 2011 et permettra le financement d’une thèse et d’un post-doc.

Politique de développement de projets, conventions, relations nationales et internationales

Dans la perspective du nouveau PRES et le projet de SFR sur l’éducation et la formation,  l’équipe participera, d’une part, au programme « politiques éducatives, territoire et trajectoires scolaires » qui regroupe essentiellement des sociologues notamment en développant l’axe : Analyse du travail enseignant, en RAR, et d’autre part, dans l’axe Prise en charge scolaire des élèves en difficulté et à Besoins Éducatifs particuliers en milieu ordinaire.

Participation à des réseaux

Au niveau national, l’équipe participera au projet de l’INRP de plateforme de formation en ligne des professeurs néo-titulaires (néop@ss), au  suivi du pilotage des RAR avec l’observatoire et à la formation continue des professeurs et conseillers pédagogiques.

L’équipe participe actuellement au réseau international OPEN et s’inscrira dans le développement des nouvelles thématiques : « l’observation et ses modalités » et « les effets des pratiques enseignantes », « le développement professionnel, formation, effets sur les apprentissages scolaires de l’apprentissage des professionnels ». Elle renforcera sa politique de coopération internationale :

  • Convention d’échange avec UQUAM (Université de Provence-UQUAM- 2010-2014) sur l’étude de comparaisons internationales des enseignements artistiques dans différents systèmes éducatifs.
  • Contrat FIR (Fonds Incitatifs à la Recherche) de l’Université de Provence (Octobre 2010-Novembre 2011) sur le thème « politiques éducatives et travail enseignant » financement (18 000 euros) obtenu pour constituer un réseau de recherche notamment avec le CRIFPE de l’Université de Montréal et de Sherbrooke. Ce dernier devrait s’ouvrir sur d’autres relations avec la Belgique, la Suisse et les Etats Unis.
  • Un projet de transfert technologique financé par l’AUF (l’Agence Universitaire de la Francophonie, 2011-2013) pour la formation continue des professeurs de français au Brésil a été retenu par son comité scientifique.

Encadrements de recherche

Thèmes

Les thèmes proposés aux étudiants de master et de thèse correspondent aux deux programmes de l’équipe : d’une part, travail des professionnels de l’éducation dans les établissements scolaires et, d’autre part, métiers de l’enseignement et formation professionnelle.

Méthodologie(s)

La spécificité d’ERGAPE est marquée par le développement du cadre méthodologique de « l’auto-confrontation » pour analyser le développement de l’activitéet pour montrer les effets de ce cadre méthodologique initiateur d’un processus « développemental » lié aux évolutions collectives et individuelles qu’il suscite, permettant de réfléchir à des dispositifs de formation s’alimentant de l’analyse du travail. La mise en œuvre de ce cadre méthodologique n’exclut pas pour autant le recours à d’autres méthodes qui sont également mobilisées par l’équipe : a) analyse sociogénétique et méthodes d’archive pour étudier les textes prescripteurs ; b) méthodes directes (observations, entretiens…) et indirectes utilisées en SHS pour construire et comparer des cas.

Résultats escomptés à la fin de la période quadriennale

Les thèses progressivement soutenues pendant cette période permettront d’accueillir de nouveaux doctorants à raison de  trois par an. Compte tenu du potentiel actuel d’encadrement et d’une HDR à venir, on peut prévoir la soutenance de 12 thèses pendant cette période.

Encadrement des doctorants et masters recherche 2

Un séminaire mensuel, en alternance avec le séminaire de l’équipe, permettra d’accompagner les étudiants de doctorat et de Master 2 dans leur recherche sur les plans bibliographique, conceptuel et méthodologique.  Une aide à la production de textes scientifiques (articles, poster) leur sera proposée à des fins de publications et communications dans des colloques. Ils participeront aux journées annuelles d’étude de l’équipe ERGAPE dans lesquelles ils présenteront l’avancée de leurs travaux.